Pilotage et réalisation de projets : les méthodes agiles deviennent-elles de moins en moins pertinentes ?
S'interroge un écrivain scientifique du nom de Kurt Cagle

Le , par Bruno

96PARTAGES

8  0 
Une méthode Agile est une approche itérative et collaborative, capable de prendre en compte les besoins initiaux du client et ceux liés aux évolutions. Elle caractérise un mode de gestion des projets informatiques privilégiant le dialogue entre toutes les parties prenantes, clients, utilisateurs, développeurs et autres professionnels du projet, la souplesse en cours de réalisation, la capacité à modifier les plans et la rapidité de livraison.


La plupart des entreprises les plus importantes et à la croissance la plus rapide sur la planète : Amazon, Apple, Facebook, Google, Netflix et Microsoft sont reconnues comme agiles dans la plupart de leurs activités, même si elles n’utilisent pas le vocabulaire Agile standard. Leur capacité d’agilité commerciale est une raison importante pour laquelle elles sont devenues les entreprises les plus précieuses au monde.

Toutefois, au regard de la conclusion d’un récent article dans Forbe.com, on serait arrivé à la fin de la méthode Agile avec son principe de base consistant à proposer une version minimale du logiciel, puis à intégrer des fonctionnalités supplémentaires à cette base, par processus itératif. « Ce n'est pas la solution miracle que certains prétendent, et c'est devenu une sorte de religion » affirme l’écrivain scientifique, Kurt Cagle.

« L'agilité ne s'adapte pas toujours bien ». Les dépendances d'intégration ne font souvent pas l'objet d'un suivi, mais il s'agit généralement de l'un des aspects les plus variables de tout développement logiciel. Les projets de données d’entreprise, en particulier, ne répondent pas aux critères pour être de bons candidats agiles.

À de nombreux égards, nous sortons de l'ère du développement d'applications. Les applications sont plus fines, principalement basées sur le Web, où la connectivité aux données d'entreprise sera plus importante que les fonctionnalités complexes basées sur le client. Ceci est également vrai pour les applications mobiles : de plus en plus, les applications pour smartphones et tablettes sont conçues autour du HTML mobile, un changement radical par rapport à l'époque du lancement d’Agile.

Contrairement aux idées soutenues dans l’article Forbes publié par Kurt Cagle, Steve Denning, écrivain et chroniqueur populaire sur le leadership semble penser tout le contraire. « Mes propres recherches au cours des dix dernières années suggèrent exactement le contraire : l’avenir d’Agile ne fait que commencer ».


« Dans de nombreuses entreprises, Scrum est synonyme d’Agile, et c’est ce à quoi les gestionnaires, en particulier, ont tendance à s’associer quand il est question d’Agile. Le terme Agile a été dilué pour devenir presque insignifiant en raison d’un marketing effréné ». Pour évaluer les différentes déclarations contenues dans l'article, il sera utile de prendre du recul et d'examiner la nature et le but d'Agile.

Dans les premières années qui ont suivi le Manifeste Agile, la méthodologie Agile la plus utilisée était Scrum, qui se concentrait sur de petites équipes auto-organisées, travaillant dans des cycles courts. Au fil du temps, d’autres méthodologies et approches ont émergé dans le cadre plus large d’Agile. Plus important encore, il est devenu de plus en plus clair qu'Agile, une fois implémenté avec succès, était davantage un état d'esprit qu'une méthodologie.

Lorsque la mentalité Agile était présente, des avantages sont apparus, presque indépendamment du processus ou de la méthodologie en cours de déploiement. Lorsque la mentalité Agile était absente, peu importait la méthodologie, le processus ou le système présentait peu d'avantages, voire aucun.

« Agile est en train de dominer le monde », indique une enquête de Deloite McKinsey. L’enquête montre également que plus de 90 % des cadres supérieurs accordent une grande priorité à devenir agile, alors que moins de 10 % des entreprises se penchent aujourd’hui vers Agile. Le fossé entre les aspirations et la réalité a poussé les entreprises à prétendre être Agiles sans la réalité ou à appliquer des processus Agiles sans prendre le temps d’acquérir l’état d’esprit.

Source : Forbe (1, 2)

Et vous ?

Pensez-vous comme Kurt Cagle que Agile devient de moins en moins pertinent ? Ou alors vous êtes d’avis avec Steve Denning que l’avenir d’Agile serait prometteur et ne ferait que commencer ?

Avez-vous une expérience avec Agile ? Partagez.

Voir aussi :

Agile : entre Scrum et Kanban, laquelle des deux méthodologies est-elle la meilleure ? Le point dans une étude comparative

Les développeurs devraient abandonner les méthodes agiles selon Ron Jeffries, l'un des signataires du Manifeste Agile

Tout le monde prétend suivre les méthodes agiles dans son travail, mais en réalité, peu de personnes le font vraiment

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 27/08/2019 à 8:39
Je pense qu'il faut prendre la peine et le temps de lire entièrement les deux articles, "The End of Agile" et "Why the future of Agile is bright" pour bien comprendre le débat.

Dans le premier article, "The End of Agile", l'auteur Kurt Cagle soulève quelques points intéressants.

1. Par exemple, dans les projets, qu'ils soient Agile ou pas, on tend à minimiser, voire à oublier les tâches concernant l'interdépendance entre différentes parties ou modules.

2. Il soulève aussi les problèmes qui peuvent être rencontrés lors la "mise à l'échelle". Partant du fameux "MVP" (minimum viable product), on rencontre souvent des "surprises", et des rallonges significatives de coûts et de délais, lorsqu'il s'agit passer à l'application complète.

3. J'aime bien aussi la distinction qu'il fait entre les projets "Front" et "Back" (pour ce dernier il parle de Data Projects) où autant il est facile de montrer régulièrement à un client l'avancement d'un projet Front, avec une interface utilisateur visuelle ; autant il peut être délicat d'expliquer l'avancement d'un projet (ou sous-projet) Back, où il s'agit par exemple de modifier le modèle de données (avec tous les impacts que cela peut avoir) ou de développer des traitements batch côté serveur, invisibles pour l'utilisateur, mais pourtant indispensables au bon fonctionnement de l'application.

Dans le second article, "Why the future of Agile is bright", en réponse au premier, l'auteur Steve Dennin rappelle les principes fondamentaux de l'Agile qui sont :

1. L'obsession de délivrer de la valeur aux clients comme l'alpha et l'oméga de toute organisation.

2. L'hypothèse que tout projet peut être mené par une équipe de taille réduite et auto-organisée, travaillant en cycles courts et focalisée à délivrer de la valeur aux clients

3. Un effort continu et permanent d'éliminer la bureaucratie et la hiérarchie verticale afin que l'entreprise fonctionne comme un réseau d'équipes interagissant les unes avec les autres, toutes focalisées à délivrer de la valeur ajoutée aux clients.

Je ne peux être que d'accord. Mais je reproche à ce second article de ne pas réellement répondre aux problèmes soulevés assez pertinemment par l'auteur du premier article. Le second article se contente essentiellement de dire que l'Agile ne se résume pas à une seule méthode, que l'Agile peut progresser, et qu'il faut se mettre dans l'état d'esprit de l'Agile pour réellement en tirer ses bénéfices. Certes, mais cela ne nous dit pas réellement et concrètement comment résoudre les trois points mentionnés précédemment par Kurt Cagle.
9  0 
Avatar de damthemad
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 05/09/2019 à 18:49
Je dirais plutôt que les organisations vont monter en maturité et comprendre que l'agilité n'est pas une baguette magique, et cesseront d'en appliquer les principes à tort et à travers, bien mal conseillées en cela par les SSII qui ont totalement dénaturé le concept pour des raisons marketing que tout le monde comprend.

Et donc qu'elles feront de l'agilité quand ça fera sens, et feront autrement quand les conditions ne seront pas réunies ; donc logiquement la part de projets agiles diminuera.

Et tant mieux vu les catastrophes auxquelles aboutissent l'application bête et méchante, dans des contextes qui ne s'y prêtent, pas des principes agiles. Ce qui par ailleurs décrédibilise l'approche (bonne par ailleurs), avec en prime l'aveuglement ou la mauvaise foi des zélotes qui n'arrange rien.

Principes agiles qui soit dit en passant n'ont rien de nouveau, relèvent essentiellement du bon sens, et ont simplement gagnés en popularité car ils ont été théorisés et que des petits malins ont bien su faire monter la sauce et créer un business juteux. In fine, ce ne sont ni plus ni moins que des pattern appliqués à la gestion de projet, et comme tous les pattern il vaut mieux les découvrir naturellement que de s'empiffrer de littérature indigeste sur le sujet, en tout cas c'est mon avis et je le partage
3  0 
Avatar de Moltroon
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/08/2019 à 8:37
Pensez-vous comme Kurt Cagle que Agile devient de moins en moins pertinent ? Ou alors vous êtes d’avis avec Steve Denning que l’avenir d’Agile serait prometteur et ne ferait que commencer ?
Comme toute méthodologie de travail, elle a son intérêt en fonction du projet. Un contrat OneShot se verra donc moins facilement attribuer une méthode agile, alors qu'un contrat de prestation continu pourra en bénéficier plus sereinement.
"Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise méthodologie"

Avez-vous une expérience avec Agile ? Partagez.
Une fois lancés et une v1 sortie, nos outils internes passent sur une version agile pour les évolutions/corrections.
2  0 
Avatar de Matthieu76
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/08/2019 à 16:55
L'un des gros problème et si le client se satisfait du MVP et considère le project comme quasiment fini alors que c'est loin d'être le cas. Ce qui rejoint un peu le point n° 3 soulevé par yahiko.
0  0 
Avatar de jean12
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 09/09/2019 à 11:46
Je suis personnellement d’avis avec Steve Denning que l’avenir d’Agile serait prometteur et ne ferait que commencer. En effet, nous savons que l'avenir des applications sera AI-Driven (basée sur l'Intelligence Artificielle), et que la méthodologie Agile convient parfaitement au processus d'implémentation de l'Intelligence Artificielle (IA). C'est pourquoi la dernière version d'ITIL (ITIL version 4) apparue cette année 2019 a été profondément modifiée et est complètement Agile pour prendre en compte l'évolution de l'IA.
Cependant il est vrai de reconnaitre les problèmes de compatibilité qui interviennent bien souvent dans la création des Addons ou Plugins qui ont pour but de modifier ou donner de nouvelles fonctionnalités à une application existante. Parfois c'est un vrai casse-tête pour le développeur.
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique ALM

Partenaire : Hébergement Web